Comment sortir du surendettement causé par des dettes de jeux

Parmi les différentes causes du surendettement en France, certaines sont considérées comme actives, c’est-à-dire relevant directement des habitudes de crédit ou de consommation des individus.

Les dettes de jeux font partie de ce surendettement actif, dit subjectif, tout comme d’autres habitudes addictives, qui peuvent entraîner d’importantes difficultés financières.

Si le dépôt d’un dossier de surendettement peut permettre de sortir de cette situation, il est également impératif de cesser ce type de pratiques addictives.

Les jeux d’argent, une cause active de surendettement

Les causes de surendettement se déclinent en deux catégories. La première, celle des causes passives, concerne les imprévus de la vie, tels qu’un licenciement, un divorce ou un accident entraînent une incapacité à travailler par exemple.

La seconde catégorie, celle du surendettement actif, concerne une mauvaise gestion des dépenses, ou de mauvaises habitudes de consommation, comme le recours trop fréquent à des crédits à la consommation.

Les jeux d’argent font partie de cette catégorie, tout comme d’autres pratiques addictives à risque telles que l’alcool ou la drogue. En effet, les jeux d’argent, en plus d’être particulièrement addictifs, peuvent assez vite engloutir de grandes sommes d’argent.

Comment sortir du surendettement causé par des dettes de jeux

Avec le développement des paris en ligne notamment, il est aujourd’hui malheureusement aisé de tomber dans ce type de pratique, qui dépasse les seuls jeux de casinos ou de paris sportifs de type PMU.

L’un des principaux risques est de tomber dans une spirale qui vise à souscrire des crédits à la consommation pour rembourser les dettes nées des jeux d’argent, pour pouvoir ensuite pratiquer à nouveau ces jeux d’argent en espérant gagner suffisamment pour sortir du surendettement.

Une solution à court terme, le dossier de surendettement

Pour sortir du surendettement né de la pratique à risque des jeux d’argent, la meilleure solution, de façon immédiate, est de déposer un dossier de surendettement.

En effet, une fois que les dettes sont devenues trop importantes et que la spirale du surendettement est enclenchée, il reste peu de marge de manœuvre pour en sortir.

>  Dossier de surendettement recevable et frais d'huissier

Le dossier de surendettement, s’il est recevable, peut permettre à l’intéressé de bénéficier de mesures allant jusqu’à l’effacement de ses dettes. Toutefois, il est important que son dossier respecte les conditions de la commission, et parmi ses conditions, le demandeur doit être de bonne foi.

Il faut donc qu’il parvienne à prouver que son habitude de jeux d’argent est désormais révolue, car la commission n’acceptera pas l’effacement de dettes si cette pratique est vouée à recommencer, entraînant de nouveau un surendettement.

C’est pourquoi, en dehors de cette solution de dossier de surendettement, la personne concernée doit faire une remise en question de ses pratiques pour mettre fin aux jeux d’argent, qui entraînent irrémédiablement vers le surendettement lorsqu’ils sont utilisés de façon addictive.

Une solution pérenne, l’abandon des jeux d’argent

La meilleure manière de sortir du surendettement dû aux jeux d’argent est de parvenir à réduire voire arrêter cette pratique.

Comme une problème d’alcool ou de drogue, les jeux d’argent présentent l’inconvénient d’être particulièrement addictifs à partir d’un certain niveau, et de représenter un poids dans les budgets.

Des associations existent en matière d’aide au surendettement, afin d’épauler les personnes souffrant d’addiction aux jeux, et de le faire comprendre les conséquences de telles pratiques.

L’objectif est en effet de parvenir à avoir une gestion plus saine de son budget, ce qui exclut les dépense superflues ou trop importantes en fonction des ressources, ainsi que le cumul de crédits, surtout s’ils servent à compenser les dettes nées de jeux d’argent.

Sans lutter contre ces causes de surendettement actif, l’intéressé ne pourra éviter de retomber dans une situation de dettes, car cette spirale est inhérente à la pratique addictive des jeux d’argent.