Crédit de particulier à particulier pour un interdit bancaire

Il est judicieux de trouver des alternatives au crédit traditionnel pour obtenir des fonds, lorsque l’on est en situation d’interdiction bancaire.

Si certains dispositifs sont adaptés à ce type de profil, tous ne répondent pas aux contraintes de temps et de montant qui peuvent exister.

Le crédit de particulier à particulier présente plusieurs avantages, et notamment une facilité de mise en place, et une certaine rapidité.

Les options de crédit pour l’interdit bancaire

Les personnes en interdit bancaire sont confrontées à plusieurs difficultés au niveau de leur moyen de paiement, et dans la possibilité de se voir accorder un crédit.

L’option du crédit classique semble difficile à obtenir, les banques étant bien souvent réfractaires à accorder un prêt à une personne inscrite au Fichier central des chèques. Des alternatives doivent donc être essayées pour trouver des fonds.

En dehors du crédit en passant par le circuit bancaire traditionnel, qui est envisageable uniquement pour les personnes interdit bancaire mais propriétaires de leur bien, il faudra alors se diriger vers des solutions comme le micro-crédit social notamment.

Micro-crédit, prêt à l’étranger et prêt sur gage

Ces alternatives font partie des types de prêts ouverts aux personnes en situation d’interdiction bancaire.

Le micro-crédit est un crédit portant sur de petites sommes, généralement inférieures à 3000 euros, et affectées à des dépenses particulières.

Proposé par des structures telles que l’Adie, la Croix-Rouge ou encore la CAF, ce micro-crédit social peut être éligible aux interdits bancaires, sous conditions de situation et de type de dépense.

Pour certaines personnes en interdit bancaire, ce peut être une bonne option dans le cadre d’un projet professionnel par exemple, mais pour d’autres les conditions seront trop contraignantes.

Parmi les autres alternatives figure le prêt à l’étranger, qui permet de s’affranchir de la consultation du Fichier central des chèques par l’établissement, car il n’est visible que pour les banques françaises.

>  Interdiction bancaire et compte joint : comment ça marche ?

C’est une option intéressante pour contourner le frein que représente l’interdit bancaire pour les banques. Aussi, il existe le prêt sur gage, qui est une solution pratique pour les particuliers au FCC souhaitant obtenir une somme d’argent assez rapidement, et sans justification.

Le prêt entre particulier possède des avantages similaires.

Le crédit de particulier à particulier

Une dernière alternative au crédit classique pour l’interdit bancaire est le crédit de particulier à particulier, probablement l’une des options les plus répandues, pour son côté pratique et simple à mettre en place.

Le prêt entre particuliers peut prendre deux formes. Il peut d’abord s’agir de passer par des plateformes de crédit spécialisées dans la mise en relation entre particuliers. Ce type de crédit collaboratif représente souvent une solution en cas de besoin urgent d’argent.

Une réponse de principe peut en effet être obtenue en 24 heures, et les fonds ensuite sous 48 heures si le dossier est accepté.

Le taux d’intérêt est défini suite à un accord entre les deux parties, et ce prêt se matérialise soit sous la forme d’un contrat, soit d’une reconnaissance de dette.

Crédit de particulier à particulier pour un interdit bancaire

La deuxième possibilité est de réaliser un crédit de particulier à particulier en passant par des proches, amis ou famille. Il est conseillé dans ce cas de faire signer aux deux parties une reconnaissance de dette (qui nécessite un huissier au-delà de 1500 euros).

Ce document permet de formaliser le prêt et d’éviter d’éventuels problèmes de remboursement. Comme pour les plateformes spécialisées, cette solution permet d’obtenir souvent des fonds rapidement, sans être confronté au frein de l’interdit bancaire.