Quelles sont les causes du surendettement en France

La surendettement touche des milliers de personnes en France chaque année, les plongeant dans des situations parfois très délicates, dont l’unique solution est de bénéficier d’une procédure par la commission de surendettement de la Banque de France.

Les causes de ce surendettement sont multiples, et se composent en partie de causes objectives, entraînant un surendettement passif et subi, et de causes subjectives, qui concernent directement la gestion financière et les habitudes de consommation des ménages.

Les causes objectives du surendettement

Le premier type de causes du surendettement sont celles dites objectives, c’est-à-dire qu’elles entrainent un surendettement passif. Elles ne sont pas du fait de la personne concernée, qui subit ces causes sans avoir d’incidence sur elles.

Un certain nombre de faits extérieurs et indépendants de la volonté de la personne peuvent ainsi être listés, provoquant des effets plus ou moins importants sur sa situation financière, indirectement ou directement.

En premier lieu figurent ainsi les causes conjoncturelles, qui touchent l’économie française au sens large, et impactent les personnes les plus vulnérables. Il peut s’agir d’une baisse du pouvoir d’achat, d’une augmentation du coût de la vie et des dépenses courantes ou d’une crise économique.

En lien à ce type de problématiques, d’autres causes assez courantes concernent la situation professionnelle de la personne.

Il peut s’agir d’un licenciement économique, dû notamment à une période de crise, à des mesures de chômage partiel, ou au non renouvellement d’un contrat.

Quelles sont les causes du surendettement en France

Enfin, il reste les causes personnelles, qui vont toucher la situation familiale de l’intéressé, indépendamment de sa volonté.

Il s’agit alors d’une séparation, d’un divorce, du décès d’un proche ou encore d’une maladie entraînant des frais de santé importants ou une impossibilité de travailler.

D’autres éléments imprévus considérés comme moins importants peuvent également impacter une situation fragile et plonger dans le surendettement, comme un véhicule qui tombe en panne et doit être remplacé ou réparer, engendrant des frais conséquents.

>  Le surendettement en France : Les chiffres et causes

Les causes subjectives du surendettement

Le deuxième type de causes pour le surendettement sont celles dites subjectives, car elles dépendent vraisemblablement de la personne concernée, de ses habitudes de consommation et de crédit, et de sa gestion de budget.

Aussi appelé surendettement actif, ce type de surendettement se retrouve dans le recours à plusieurs types de pratiques.

Il s’agit notamment d’une accumulation de crédits, notamment à la consommation, y compris lorsque le budget ne le permet pas vraiment.

Parfois, les crédits à la consommation sont souscrits pour couvrir le remboursement d’anciens crédits, créant ainsi une spirale d’endettement.

Il peut ensuite s’agir de mauvaises habitudes de gestion du budget, avec des dépenses trop importantes par rapport aux entrées et aux ressources du ménage. Généralement, on évoque ici des dépenses superflues, peu utiles au quotidien du ménage.

Enfin, le dernier type de causes subjectives de surendettement sont des habitudes addictives, qu’il s’agisse de jeux d’argent, ou d’une dépendance à l’alcool ou aux drogues.

Dans ce cas, le côté addictif représente un grand risque de dépenses inconsidérées, souvent liées à des crédits visant à couvrir les pertes.

Ainsi, si le premier type de causes d’endettement fait partie des imprévus de la vie, et ne peut être évité facilement, les causes subjectives peuvent au contraire faire l’objet d’amélioration.

Pour les personnes en situation fragile, le moindre imprévu peut entraîner une procédure de surendettement, car les ressources sont trop faibles pour supporter ces aléas.

Il est donc impératif de limiter les dépenses superflues, les dépenses addictives, et les cumuls de crédits.

Car c’est bien l’addition de causes objectives et subjectives qui plonge de nombreux Français à la situation financière fragile dans une situation de surendettement, avec des conséquences qui peuvent être graves.