Quel salaire pour emprunter

Vous songez à acquérir un bien immobilier, mais vous n’avez aucune idée du montant que la banque vous accordera ?

Ou peut-être que vous l’avez déjà repéré, ce bien, et que vous souhaitez calculer combien il vous faudra emprunter, et s’il est possible d’obtenir une telle somme ?

Dans cet article, vous retrouverez toutes les informations nécessaires pour apprendre à calculer votre capacité d’emprunt, en vous basant sur plusieurs facteurs déterminants.

Qu’est-ce que la capacité d’emprunt ?

Comme 85 % des Français, vous avez besoin de passer par un crédit immobilier pour pouvoir finaliser l’acquisition d’un bien immobilier.

Les crédits bancaires s’étendent sur plusieurs années. La durée dépend principalement de l’âge et du salaire de l’intéressé, mais la somme, elle, varie selon plusieurs facteurs que nous verrons un peu plus bas.

Pour la banque, un crédit est synonyme de risque. Vous pouvez cesser de les rembourser à tout moment pour « X » ou « Y » raison.
C’est là qu’interviennent les assurances de prêt.

Elles sont censées prémunir la banque contre ce risque, mais il existe des cas plus délicats. Il arrive qu’un établissement qui vous accorde plus que ce qu’il aurait dû, se retrouve sans couverture, et la faute lui retombe entièrement dessus.

C’est précisément pour cela qu’aujourd’hui, votre banque ne vous fera pas de crédit avant de connaître votre capacité d’emprunt, c’est-à-dire, le montant maximum que vous pourrez rembourser selon vos revenus.
Quel salaire pour emprunter 10 000 euros
Quel salaire pour emprunter 20 000 euros
Quel salaire pour emprunter 30 000 euros
Quel salaire pour emprunter 40 000 euros
Quel salaire pour emprunter 50 000 euros
Quel salaire pour emprunter 60 000 euros
Quel salaire pour emprunter 70 000 euros
Quel salaire pour emprunter 80 000 euros
Quel salaire pour emprunter 90 000 euros
Quel salaire pour emprunter 100 000 euros
Quel salaire pour emprunter 110 000 euros
Quel salaire pour emprunter 120 000 euros
Quel salaire pour emprunter 130 000 euros
Quel salaire pour emprunter 140 000 euros
Quel salaire pour emprunter 150 000 euros
Quel salaire pour emprunter 160 000 euros
Quel salaire pour emprunter 170 000 euros
Quel salaire pour emprunter 180 000 euros
Quel salaire pour emprunter 190 000 euros
Quel salaire pour emprunter 200 000 euros
Quel salaire pour emprunter 210 000 euros
Quel salaire pour emprunter 220 000 euros
Quel salaire pour emprunter 230 000 euros
Quel salaire pour emprunter 240 000 euros
Quel salaire pour emprunter 250 000 euros
Quel salaire pour emprunter 260 000 euros
Quel salaire pour emprunter 270 000 euros
Quel salaire pour emprunter 280 000 euros
Quel salaire pour emprunter 290 000 euros
Quel salaire pour emprunter 300 000 euros
Quel salaire pour emprunter 310 000 euros
Quel salaire pour emprunter 320 000 euros
Quel salaire pour emprunter 330 000 euros
Quel salaire pour emprunter 340 000 euros
Quel salaire pour emprunter 350 000 euros
Quel salaire pour emprunter 360 000 euros
Quel salaire pour emprunter 370 000 euros
Quel salaire pour emprunter 380 000 euros
Quel salaire pour emprunter 390 000 euros
Quel salaire pour emprunter 400 000 euros
Quel salaire pour emprunter 410 000 euros
Quel salaire pour emprunter 420 000 euros
Quel salaire pour emprunter 430 000 euros
Quel salaire pour emprunter 440 000 euros
Quel salaire pour emprunter 450 000 euros
Quel salaire pour emprunter 460 000 euros
Quel salaire pour emprunter 470 000 euros
Quel salaire pour emprunter 480 000 euros
Quel salaire pour emprunter 490 000 euros
Quel salaire pour emprunter 500 000 euros

Quels facteurs déterminent votre capacité d’emprunt ?

Pour étudier votre demande, la banque devra passer en revue plusieurs facteurs déterminants :

1) Vos revenus

Vous vous en doutiez, c’est le facteur primaire et majeur pour calculer le montant que la banque peut vous prêter. Plus votre revenu est élevé, plus vous pourrez prétendre à l’emprunt d’un montant conséquent.

Le calcul pour les intérimaires et CDD est différent. C’est normal, vous ne pouvez pas garantir à la banque un revenu stable. Le risque pour le remboursement du prêt est double. Si vous exercez cette activité depuis moins de 3 ans, vos chances d’obtenir une réponse favorable sont assez minces.

Cependant, si vous arrivez à vous constituer un dossier solide, sachez que la banque prendra comme référence vos revenus moyens sur toute la durée d’exercice. Mais votre capacité d’emprunt restera toujours inférieure à celle d’un employé CDI ou d’un fonctionnaire ayant la même moyenne.

2) Votre apport personnel

L’apport personnel est le second critère le plus important. Il s’agit tout simplement de votre contribution au projet immobilier.

Vous devrez déclarer ce montant à l’établissement en précisant la source de cet apport : Un don, un héritage, une épargne personnelle ou encore un livret A. L’apport personnel servira aussi à payer vos frais annexes, et frais de notaire.

L’apport personnel influence beaucoup sur votre taux d’emprunt proposé. Participer au projet avec une somme importante permet de rehausser considérablement la capacité d’emprunt.

Il faut savoir que dans 99 % des cas, les banques refusent d’inclure ces frais en plus dans le calcul du capital qui vous est accordé.

Les assurances ne garantissant pas ces frais, c’est trop risqué. Si vous arrêtez de rembourser votre prêt et que l’établissement saisit le bien pour le revendre, cette somme sera perdue.

3) Le taux d’endettement

Pour qu’une banque puisse vous accorder un crédit, elle doit impérativement examiner votre taux d’endettement. Il s’agit du poids de vos charges sur vos revenus mensuels.

Le taux d’endettement permet à la banque de vérifier s’il est prudent de vous accorder un crédit, mais aussi si ce dernier ne viendra pas menacer votre équilibre budgétaire.

En ce qui concerne les biens immobiliers, le ratio d’endettement est limité à 33 % , soit un tiers de votre budget mensuel.

Pour calculer un taux d’endettement, il vous suffit de diviser vos revenus nets par votre charge d’emprunt. Multipliez-le tout par 100 pour obtenir un pourcentage.

4) Le reste à vivre

Il faut savoir que les chances d’obtenir un capital élevé, sont directement proportionnelles au total de votre reste à vivre. Pour le calculer, rien de plus simple :

Reste à vivre = Revenu total(montant de la mensualité + charges fixes)

5) Les charges

Les charges que la banque prendra en compte sont :

  • Les crédits revolving et/ou crédits à la consommation.
  • Les charges courantes : gaz, eau, électricité.
  • Les pensions alimentaires versées pour l’éducation des enfants.
  • Les mensualités d’un crédit immobilier.

6) Le saut de charge

C’est un des facteurs très important et décisif. Le saut de charge représente, si vous êtes locataire, la différence entre le montant du loyer et la mensualité que vous devrez rembourser si le projet d’achat se concrétise.

Vous l’aurez sans doute compris, pour que cet élément soit en votre faveur, le saut de charge doit être peu élevé. Ce paramètre varie beaucoup d’un établissement à un autre.

Combien pouvez-vous obtenir sur un investissement locatif ?

Lorsqu’il s’agit d’un crédit pour investissement locatif, la banque calcule de manière complètement différente votre capacité d’emprunt.

Dans un premier temps, vous allez devoir payer des charges pour pouvoir vous loger. Ensuite, il faudra régler les mensualités relatives au crédit que vous désirez obtenir.

Mais l’avantage est que vous continuez à tirer vos profits de la location, qui peuvent couvrir la plus grande partie -voir l’intégralité- de vos mensualités.

La banque intégrera ce revenu supplémentaire au calcul pour calculer la capacité d’emprunt, mais il sera toujours plafonné à 70 %. Les 30 % représentent le risque d’impayé qu’il faut toujours considérer.

Pouvez-vous prétendre à plus ?

La réponse est oui. Il existe plusieurs façons d’obtenir des aides financières qui vous permettront d’emprunter plus. Vous pouvez passer par des prêts aidés, comme le prêt 1 % logement ou le PTZ.

Un apport personnel élevé contribue aussi à augmenter la capacité de votre emprunt, en baissant considérablement celle du taux.

Et pour finir, si vous vous retrouvez avec plusieurs crédits superposés à rembourser, sachez que vous pouvez toujours demander à votre banquier un « Lissage de mensualités ».